C’est quoi, le centre de loisirs ?

L’école est terminée ! Comme tout au long de l’année les mercredis et pendant les petites vacances, cet été, les centres de loisirs vont prendre le relais pour accueillir vos enfants. Mais que se passe-t-il vraiment au centre de loisirs ? Et puis, au fait, c’est quoi, le centre de loisirs ?

Éléments de réponses avec Vincent Cramailère-Rouchi, chargé de mission Haute-Garonne pour les Francas*.

De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de « centre de loisirs » ?

Vincent Cramailère-Rouchi : Un centre de loisirs est une structure juridique, appelée « ACCEM » : accueil collectif à caractère éducatif de mineurs. Elle peut être portée par une association, une collectivité ou un individu mais, dans tous les cas, elle doit faire l’objet d’une déclaration d’ouverture auprès du ministère chargé de la jeunesse. Un document doit être déposé, justifiant d’un taux d’encadrement d’adultes, d’un personnel qualifié, et proposant un projet éducatif et pédagogique. C’est indispensable pour être habilité par l’État ! L’appellation « ACCEM » est un gage de sécurité pour les parents.

Quelles normes de sécurité doivent-ils respecter ?

V. C.-R. : Le cadre sécuritaire est très strict. Le taux d’encadrement imposé est d’un adulte pour 12 enfants au-dessus de 6 ans. En maternelle, il passe à un adulte pour 8 enfants. Un centre accueillant 80 enfants devra ainsi recruter au moins 10 animateurs. La structure doit également justifier de locaux adaptés (sanitaires, infirmerie, etc.). Les inspections des services de l’État sont régulières : on vérifie la conformité des locaux, le bon fonctionnement des frigos, on compte le nombre d’enfants… Les structures qui n’ouvrent que l’été, moins connues des services concernés, font l’objet d’attentions particulières.

Comment les animateurs sont-ils recrutés ?

V. C.-R. : 50 % de l’équipe encadrante doit être titulaire du BAFA (brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur), et 30 % doit être en cours de formation (stage). L’État s’assure que les candidats n’ont pas de casier judiciaire. Par ailleurs, au moins une personne doit être titulaire du PSC1 (diplôme de prévention et secours civiques de niveau 1).

Que se passe-t-il, au centre de loisirs ?

V. C.-R. : Toute structure a l’obligation de déposer un projet éducatif définissant les objectifs de l’action éducative des personnes qui assurent la direction ou l’animation des ACCEM et un projet pédagogique. Ce dernier, plus opérationnel, définit la nature et les objectifs du séjour. Il décrit les activités et établit l’organisation du centre (horaires, locaux, etc.). En maternelle, on trouvera des projets qui accordent une place particulière à la socialisation et au passage vers l’école élémentaire : développer l’autonomie des enfants, travailler sur la question de la mixité… L’État est attentif à la qualité du projet éducatif et pédagogique : il surveille la qualité de l’organisation et de l’accueil des enfants, le respect de son rythme, etc.

Qu’est-ce que les centres de loisirs apportent aux enfants ?

V. C.-R. : Ce sont des structures éducatives, au même titre que l’école ou la famille. Sur une année, un enfant passe 864 heures en classe, et a plus de 2 000 heures de temps libre. Les animateurs sont parmi les adultes que les enfants voient le plus ! Ils participent pleinement à leur éducation. Les centres de loisirs créent des situations de vivre ensemble et permettent de donner des clés pour un apprentissage serein de la socialisation. Les enfants y font aussi l’expérience concrète des richesses et des contraintes de la vie collective. Ils sont véritablement acteurs de leur participation et de leur autonomie.

Propos recueillis par Camille Moreau.

Les Francas sont une fédération nationale laïque de structures et d’activités dont la vocation est indissociablement éducative, sociale et culturelle. Depuis 1944, ils agissent pour l’accès de tous les enfants et tous les adolescents à des loisirs de qualité, en toute indépendance, et selon le principe fondateur de la laïcité qui, au-delà de la tolérance, invite à comprendre l’autre pour un respect mutuel.

Ils se reconnaissent dans le proverbe wolof « Il faut tout un village pour élever un enfant ».

Le site Internet des Francas

Publié le