L’imaginaire des enfants

En janvier, Toupie vous parlait de la « course à la performance ». Ce phénomène, de plus en plus présent dans notre société, pousse parents et enfants à courir après les prouesses et la conformité, quitte à mettre, parfois, l’imaginaire de côté. Ce mois-ci, la psychologue Anne Vachez-Gatecel nous explique comment cet imaginaire se construit et à quel point il est essentiel pour le développement et l’équilibre psychique de l’enfant.

 

Comment l’imaginaire des enfants naît-il ?

Anne Vachez-Gatecel : Cela se joue dans la toute petite enfance. Pour que l’imaginaire puisse naître dans l’esprit du bébé, celui-ci doit être dans une relation affective sécurisante, sans être surstimulante, avec ses parents. Dans les premiers mois de sa vie, ses parents doivent répondre à ses besoins primaires dès qu’il en fait la demande. Mais petit à petit, cette réponse va être de plus en plus différée. Cela crée un moment d’attente… qui n’est pas vide ! Pendant ce laps de temps, le bébé va chercher à maintenir la présence de ses parents psychiquement, même s’ils ne sont pas physiquement à côté de lui. Ainsi, il imagine pour la première fois quelque chose : c’est la base de la création psychique.

 

Comment cet imaginaire s’enrichit-il par la suite ?

V.-G. : Essentiellement par le jeu. L’imaginaire se construit au fur et à mesure : il se renforce d’abord par des jeux exploratoires puis, quand le langage apparaît, par des jeux de mise en scène, souvent basés sur l’imitation. L’enfant va alors se raconter des histoires en scénarisant des objets et des personnages. Il va s’enrichir seul, mais aussi en jouant avec ses pairs, en partageant son propre monde imaginaire et en entrant dans celui des autres. Il apprend ainsi à élaborer un jeu commun avec ses copains, ce qui lui permet de se confronter à eux et d’expérimenter « pour de faux » des situations nouvelles (l’agressivité, l’absence, etc.). Les parents peuvent aussi très bien participer à ces jeux de « semblant ». Je sais que certains refusent de prendre le rôle de l’enfant, lors de ces jeux, parce qu’ils pensent que cela va leur faire perdre leur statut de parents et leur autorité. Mais c’est faux : on peut tout à fait expliquer à son enfant qu’il y a un temps pour jouer à faire semblant et un temps pour revenir à la réalité. C’est un bon apprentissage, et toutes ces interactions « pour de faux » ne peuvent que développer l’imaginaire de l’enfant.

 

En quoi l’imaginaire est-il utile au bon développement de l’enfant ?

V.-G. : Il l’aide à dépasser son angoisse de séparation. En effet, l’imagination va donner à l’enfant la possibilité de rendre ses parents psychiquement présents, même quand ils ne sont pas là physiquement. C’est ce qui va lui permettre de se séparer d’eux peu à peu, tout en gardant son sentiment de sécurité. C’est essentiel pour qu’il aille de l’avant et ne soit pas angoissé à l’école par exemple. Apaisé, il va pouvoir se consacrer à ses apprentissages et bien grandir. Autre aspect important : l’imagination peut également éviter à l’enfant de nombreux troubles du sommeil. Le moment de s’endormir est un temps où l’enfant est seul, ce qui peut être angoissant pour lui. Mais son imagination va lui permettre d’être seul… sans être seul ! En effet, grâce à elle, il va pouvoir projeter ses parents sur un autre objet dit « transitionnel » (un doudou), qui l’aidera beaucoup à s’endormir sans avoir peur.

 

Entre 3 et 6 ans, l’enfant fait-il bien la différence entre imaginaire et réalité ?

V.-G. : À 3 ans, c’est encore un peu compliqué pour lui de distinguer son monde imaginaire de la réalité. C’est encore un âge où il croit en sa toute-puissance, et où il est donc persuadé que ce qu’il imagine est vrai. Il va faire ses expériences petit à petit et la prise de conscience sera progressive. Pendant cette période, il est important que ses parents le laissent jouer et rêver, tout en lui expliquant que telle chose n’existe pas « pour de vrai », ou qu’il peut faire telle chose dans son jeu, mais pas en vrai. Grâce à cela, l’enfant sera capable, à partir d’environ 6 ans, de bien différencier imagination et réalité : c’est ce qu’on appelle l’« âge de raison ».

 

Donne-t-on suffisamment l’occasion aux enfants de développer leur imaginaire ?

V.-G. : Jusqu’en moyenne section, généralement, oui ! Dans les classes, il y a des coins pour jouer à la poupée, à la dînette, aux petites voitures… et les ateliers reposent encore beaucoup sur l’imaginaire. En grande section, c’est moins le cas. L’enfant doit souvent rester assis à sa table, se taire et se plier à davantage de normes. L’apprentissage des lettres, des graphismes, de la tenue du crayon, etc. devient une priorité et la créativité est un peu mise de côté. C’est vraiment dommage car, même après 5 ans, l’enfant apprend beaucoup mieux s’il peut explorer son imaginaire. Je le constate au quotidien dans mon travail de psychologue auprès d’enfants de 4 à 10 ans. À travers le jeu de « semblant », ils parviennent à développer des capacités qu’ils n’ont pas dans la réalité. Par exemple, lorsque nous jouons ensemble « au restaurant », ils entrent plus facilement en relation avec les autres, ils retiennent la commande, ils portent des petits plateaux, etc. Au cours du jeu, ils développent et expérimentent ces capacités nouvelles, sans pression et loin de toute exigence de réussite. C’est ce qui leur permet ensuite de les exporter peu à peu dans la réalité. Le jeu les aide à dépasser leurs difficultés, grandes ou petites. C’est une piste intéressante pour que les enfants puissent apprendre autrement.

 

Anne Vachez-Gatecel est psychomotricienne dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de la Pitié-Salpêtrière et directrice de l’Institut de formation en psychomotricité à la faculté de médecine Sorbonne Université. Elle a écrit L’enfant et l’imaginaire. Jouer, créer, rêver (édition Dunod).

L'enfant et l'imaginaire

Publié le