Janvier 2015 - n°352

Flocon joue avec la neige

Chers parents,
il y a 10 ans exactement était promulguée la loi permettant de choisir quel nom de famille nous transmettons. Grâce à elle, les enfants peuvent porter soit le nom de leur père, soit celui de leur mère, soit les deux (dans n’importe quel ordre). Aujourd’hui, les statistiques sont sans appel : en France, le nom du père est attribué dans plus de 80 % des cas, et celui de la mère dans moins de 7 %. Les 10 % restants optent pour le double nom, avec, à une écrasante majorité, le nom du père en pole position. Que cela révèle-t-il de la place des pères dans notre société ? Certains arguent que l’inégalité n’est pas celle que l’on croit. « La mère donnant la vie, le père peut bien donner le nom ! », diront-ils. D’autres y voient le moyen de décloisonner les rôles : « Pourquoi toujours le symbolique pour le père et le charnel pour la mère ? ». En cette période où questionner la famille fait se lever les boucliers, on pourrait s’étonner que ce sujet ne génère pas plus de débats. Au contraire, félicitons-nous-en ! Car choisir le nom de famille signifie s’interroger sur la place que l’on veut donner à l’autre dans la parentalité. Et cela n’appartient pas aux penseurs si souvent encartés, mais à nous, parents !

 

Le magazine Toupie N°352 de janvier 2015 vous propose :

 

Flocon : la danse magique

Comptine : j’aime la galette

Petit récit : le bobo de Léonie

Les jeux de Toc-Toc le phoque

Manon sur la banquise

L’imagier de la cantine

Encyclo : tout sur le phoque

Éliot et Zoé : qui sera le roi de la galette ?

Grande histoire : le roi qui aimait les petits pois

Le petit monde de Toupie

Le + du mois : 90 autocollants

 

Retrouve ton prochain Toupie dès le 20 janvier chez ton marchand de journaux.

Publié le

Les 5 bonnes raisons de s’abonner à Toupie

Accompagner
votre enfant dans
ses apprentissages
en maternelle
Partager de grands moments
de complicité
Retrouver chaque mois
des héros qui rassurent,
amusent et encouragent
Voir votre enfant
progresser avec les autocollants
L’entendre enfin parler
de ce qu’il a fait
en maternelle